Pays de Galles: A vélo, de Brecon au Snowdonia (2016)

Accueil      Paris-Llangorse    Jour 1: Llangorse-Aebaeron    Jour 2: Abeaeron-Dolgellau    Jour 3:Dolgellau-Caernarfon    Jour 4: Caernarfon-Dolgellau 

   

Jour 5: Dolgellau-Rhayader    Jour 6: Rhayader-Llangorse    Llangorse-Paris

         
 

Jour: 92 km    Total: 467 km

Départ matinal.

La route s’élève sans surprise.  7 km parcourus, nous poursuivons l’ascension. La déclivité augmente et c’est une véritable rampe de toboggan qui nous cloue sur place.

J’ai sous-évalué la difficulté de ce premier col. Nous atteignons près de 400 m d’altitude, la descente est vertigineuse.  

   

   

Au kilomètre 25, le café est formidable. Le goûter dégusté dans un petit jardin est ccompagné d’un cake traditionnel... Oh temps, suspends ton vol...

La petite route blanche que nous devons emprunter annonce des pentes de 20%. Le panorama est superbe, parait-il mais la lumière ne permet pas de faire de bonnes photos. Puisqu’il nous faut trouver un prétexte pour rester sur la route principale, nous prendrons celui-là.

Nous restons donc sur l’A470, ajoutons 12 km à l'étape du jour, évitons une nouvelle côte et filons à vive allure.

Petite pause à Llanidloes.

   

   

5 kilomètres avant Rayadher, il se met à pleuvoir. Nous nous arrêtons, bâchons les sacoches et tout ce qui pourrait prendre l'eau. La pluie cesse aussitôt.

C’est dans cette dernière petite bourgade que nous trouvons un camping sympa en bord de rivière.

Un anglais nous appelle à la rescousse. Il campe avec son fils et s'évertue à monter une tente immense.  La nuit dernière, il nous annonce que  six heures lui ont été nécessaires pour la monter. Il accompagne sa déclaration d’un rire communicatif. Nous l’aidons, tentons de l’aider plutôt. Nous sommes exaspérés face à la complexité de montage de cet abri. La tentative s’agrémente de fous rires et de larmes de fatigue. A chaque fois qu’un pan est monté, l’autre côté s’écroule lamentablement. Il nous offre une bière que l’on boit en ayant conscience de la fragilité de ce château de cartes et accessoirement de son penchant pour la bouteille….

   

Rencontre avec un groupe de motards, qui eux aussi, ont laissé femmes et enfants.

Nous finissons au pub. Whisky et jambon à l’os, le bonheur.

   

Balade nocturne dans le bourg assoupi.

   

   

La pluie tambourine sur le toit de la tente alors que j’écris ces lignes.

 

 

 

Page  précédente

Accueil

Page suivante

Photos et textes © Pierre Letienne