Pays de Galles: A vélo, de Brecon au Snowdonia (2016)

Accueil      Paris-Llangorse    Jour 1: Llangorse-Aebaeron    Jour 2: Abeaeron-Dolgellau    Jour 3:Dolgellau-Caernarfon    Jour 4: Caernarfon-Dolgellau 

   

Jour 5: Dolgellau-Rhayader    Jour 6: Rhayader-Llangorse    Llangorse-Paris

         
 

Jour: 101 km    Total: 106 km

Réveil avec une heure d’avance (petite erreur technique due au décalage horaire).

Une brume horrible enserre  le fourgon. Le clapotis métallique de la pluie tombant sur le toit du fourgon n’augure rien de bon.

Les bagages sont installés, les chaînes sont huilées et la pluie a cessé. Il n’est pas 7h00 quand nous nous élançons pour les premiers miles de notre aventure.

L’ambiance est joviale bien que nos regards scrutent sans cesse le ciel et ses caprices.

Le vent est fort mais les haies qui bordent les routes nous protègent de façon significative. En revanche, les routes empruntées sont dangereuses. En effet, pas de bande d’arrêt d’urgence, pas de dégagement, pas de marge de manœuvre. Pour le moment, la campagne est endormie, la circulation automobile est modérée.

Nous faisons des petites pauses régulières et savourons le plaisir de pédaler ensemble dans ces paysages verdoyants.

   

   

   

50 km parcourus, nous dévorons nos sandwichs. L’épicière du village de Llanwrda nous informe que la suite du parcours est constituée de « up and down ». Tout le monde l’a compris, ça va grimper…

   

   

   

   

Deux côtes de plusieurs kilomètres. Nous arrivons à Lampeter. Le parc est le lieu idéal pour s’y allonger sur l’herbe verte.

   

Il nous reste une bonne vingtaine de kilomètres. La pluie, qui nous a épargnés, commence à tomber et rattrape son retard. Ce sont des seaux d’eau qui s’abattent sur nos têtes. Un motard me tend le main, il me propose de me tracter…

Nous arrivons imbibés à Abeaeron.

Nous nous affalons sur les chaises d’un bouiboui servant des fish and chips fumant.

Le premier camping est hors de prix, le second n'est pas cher.

Il est 18h00, il pleut depuis 13h00. La pluie cesse au moment de monter la tente. Elle reprend une fois installés…

Nous retournons dîner en ville, faisons quelques courses pour le petit déjeuner. La carte confirme que la longue côte longeant la mer, visible de la tente, sera notre mise en bouche du lendemain…

   

   

   

   

 

 

Page  précédente

Accueil

Page suivante

Photos et textes © Pierre Letienne