Ouzbékistan, route vers la Soie... (2009)

Accueil    Tachkent  Boukhara  Boukhara - rencontres  Khiva  Khiva - rencontres  Mer d'Aral  Samarkand

   

Ce matin, nous prenons le taxi collectif jusqu'à Khiva .

Pour gagner notre destination, il faut prendre plein ouest, passer une demi-douzaine de check-points et traverser plus de 300 km de désert sur des routes défoncées (ce qui n'arrête pas Azim, notre chauffeur). Il n'y a rien ni personne, pendant des heures, seulement la pluie.

Nous arrivons à Ourgentch, ville glauque: des bicoques, des gens en noir que le vent et la pluie font courber la tête...

Après 6h00 de route, nous sommes à Khiva dans un froid polaire.

Notre chauffeur de taxi a une chambre à nous proposer... sans eau chaude... Nous trouverons autre chose, désolés !

Nous rencontrons deux allemands avec qui nous allons déjeuner puis nous montons en leur compagnie au sommet du minaret Islom Hoja d'ou la vue est fantastique sur la vieille ville.

Nous allons ensuite nous reposer dans la chambre, chauffage branché.

Le soir, je tente une sortie emmitouflé. Plus un touriste, les habitants semblent se réapproprier les lieux au coucher du soleil. Les gamins jouent au foot sur le parvis des mosquées centenaires, les jardins sont à nouveau bêchés...

Je me laisse tenter par une partie de foot, puis un gamin de 3-4 ans m'emmène par la main aux quatre coins du bourg.

Cette ville, qui ressemble à un musée tellement les mosquées et les madrasas sont élégantes et raffinées, rayonne au moment du coucher du soleil, lorsque les tables des hôtels sont pleines.


Déambulations dans Khiva ville séculaire et fortifiée. Son marché à la porte sud est immense et les produits vendus sont aussi variés que colorés. Nous en profitons pour faire quelques achats pour demain, nous partons en direction de la mer d'Aral, il n'est pas sûr que nous trouvions de quoi manger.

   

   

   

       

  

       

   

   

   

   

Mosquées et madrasas, au risque de se répéter, sont superbes. L'ambiance de la ville me plait beaucoup.

Encore une fois, l'aspect un peu aseptisé du centre de Khiva disparaît totalement à 100 mètres des sites.

 

Page précédente

Accueil

Page suivante

Photos et textes © Pierre Letienne