Maroc, entre neige et sable... (2003)

         Accueil    Ascension du Toubkal  Région du M'Goun  Ski dans le Sahara

   
Articles liés: Matériel  Autres montagnes

Direction plein est, nous envisageons d'aller en 2 jours à Merzouga ( à 25 km de la frontière avec l'Algérie ), pour skier dans le Sahara.

12h00, la voiture arrive, 12h30 nous partons.

J'ai quelques difficultés à m'accoutumer à la conduite dans Marrakech que nous quittons assez rapidement, pour passer le col de Tichka. Le col est passé non sans encombre ( neige, éboulements, chauffards, bouchons, poids lourds, mules... ). Nous quittons l'Atlas, pour gagner la désertique Ouarzazate.

Après 6 heures de montagne, de déserts de roches et de palmeraies, nous trouvons un petit hôtel à Boumalne du Dadès.


Départ matinal (6h30), nous assistons à un surréaliste et magique coucher de lune sur fond d'Atlas enneigé.

Nous traversons d'immenses étendues désertiques, sur des routes rectilignes à souhait.


 

Nous passons Erfoud ( ville étape du Paris Dakar ), puis, après avoir repoussé quelques propositions insistantes d'excursions dans le désert, nous atteignons le bout  de la route, nous atteignons le bout du monde, Merzouga.
Désormais, des kilomètres et des kilomètres de sable, des dunes à perte de vue.
Nous choisissons l'Hôtel Merzouga, l'Hôtel, face aux dunes les plus imposantes.

Il est 11h00, juste le temps de nous faire 300 m de dénivelé, en skiant 2 fois cette énorme dune qui se profile à l'horizon.

Le sable est humide (il a plu la veille), les courbes s'enchaînent avec vitesse, la trace est visible, que du bonheur !

La montée est cependant fatigante, les appuis sont fuyants dans un sable aussi fin.
Nous déjeunons, vers 16h00, nous repartons rider le Sahara, jusqu'au coucher du soleil.

   

   

    

Des Touaregs nous attendent des heures au pied de la dune pour nous vendre des fossiles véritables.

Nous rencontrons deux français, Guillaume et Marie, ils viennent de Paris, nous assistons au féerique coucher de soleil, instant éphémère, mais d'une rare intensité. Nous effectuons une dernière descente nocturne, puis nous dînons avec nos amis français.


6h40, nous attendons le lever de soleil, accompagnés de quelques chiens errants.
Les premières lueurs apparaissent, le soleil apparaît timidement, s'élève, se dévoile... La journée commence.

Pas le temps de (trop) s'émerveiller, nous devons traverser tout le Maroc, pour être ce soir à Marrakech ( 600km ). Nous grattons le pare brise ( ?! ) et prenons la route.
Nous partons, je pousse un peu (trop) la voiture dans les longues lignes droites, puis après un petit contrôle routier en bonne et due forme: "vous rouliez un peu vite, non ? ", nous passons Ouarzazate et le col de Tichka sans encombre.
Quelques tours et détours dans la médina de Marrakech, nous sommes sortis d'affaire par un gamin à vélo.


Dernière journée à Marrakech, nous en profitons pour déambuler dans les souks odorants de mille épices, s'émerveiller sur la place Djemaa el Fna (certainement le plus grand théâtre de rue du monde). Les touristes arpentent tant et plus cette place, mais à bien l'observer, on se rend compte que les charmeurs de serpent, les acrobates, les dresseurs de singe et surtout les conteurs, charment tout aussi les marocains. Nous croisons par hasard Guillaume et Marie, dînons avec eux, allons fumer la chicha et faisons nos bagages.

   

   


Retour difficile, bienvenue à Orly Sud, quand repart-on ?

 

Page précédente

Accueil

 

Photos et textes © Pierre Letienne