Jordanie - Egypte, d'Amman au Caire... (2007)

 

Accueil    Jordanie: Jerash - Amman  Madaba - Mer Morte  Petra  Wadi Rum  Egypte: Sinaï - Suez  Le Caire

   
     

Nous savons que le bateau part entre 11h00 et 12h00 et effectue la traversée jusqu'à l'Egypte, en une heure environ. Nous devons donc nous rendre au port vers 9h30 pour remplir les formalités de douane. Nous y sommes à 9h00.

Plus aucune place ! On nous explique qu'il s'agit d'un weekend de trois jours en Jordanie et que les billets se sont arrachés, tout comme les chambres d'hôtel à Aqaba... Le type au guichet m'explique qu'il y a bien un cargo qui part entre 15h00 et 17hOO et met entre 3 heures et 4 heures pour traverser...

" Venez me voir à 12h00, j'essaierai de faire quelque chose pour vous..."

Une longue attente commence alors pour nous. Le problème c'est que nous avons déjà rempli les formalités douanières, donc nous sommes officiellement sortis de Jordanie mais pas encore en Egypte. Nous devons donc rester dans ce terminal glauque et sale, où les chats errants essaient sans relâche de m'arracher une miette de mon sandwich rassis...

Je fais une tentative à 10h30, échec !

Finalement, nous prenons nos sacs et nous nous asseyons en face du guichet. Nous retrouvons Simone, une des françaises avec qui nous avons partagé notre 4x4 dans le Wadi Rum. Finalement, vers 11h15, le type m'appelle, c'est bon, nous embarquons ! Nous montons dans le bateau, nous jetons nous même nos sacs dans une remorque dans la cale, puis un officier nous prend nos passeports. Il nous explique que nous les récupérerons à Nuweiba, en Egypte.

12hOO, nous sommes assis.

13h30, nous partons enfin.

15h00 nous accostons, mais apparemment, personne n'est décidé pour nous ouvrir la porte. A 16h30, enfin l'unique petite porte s'ouvre et les 5OO passagers dont nous faisons partie essaient tant bien que mal de se frayer un chemin par ladite porte.

Un officier me croise, je lui demande où est mon passeport. Il me dit que je dois l'avoir sur moi. " Euh non, je ne l'ai pas..." Il commence à hausser la voix, un autre arrive et me confirme que je le récupérerai à quai. Récupérer le passeport est devenu mon obsession. Nous arrivons enfin à quai, il nous faut prendre un bus.

Le bus s'arrête et la foule escalade les remorques pour récupérer les bagages. Celles-ci sont stationnées au milieu d'un bazar le plus complet, et si nous voulons récupérer nos sacs, il nous faut rentrer dans les remorques et les prendre nous même...

Les passeports avant tout. Nous achetons nos timbres-visa et rentrons dans un petit bureau mal éclairé. Un douanier prend un grand sac plastique et le retourne sur son bureau. Des dizaines de passeports sont déversés devant lui.

" Quel est votre passeport ?"

Nous le retrouvons soulagés, conscients que nous aurions pu prendre celui que nous voulions...

Après une petite "escalade de remorque", nous retrouvons les sacs.  Nous passons la douanes et les portiques sonnant sans cesse et prenons un taxi pour Nuweiba. Une case au bord de la Mer Rouge, sous les palmiers, cela fait rêver non ?

Malheureusement, Nuweiba, comme toute la côte est du Sinaï, est une cité à l'abandon. Villages-vacances à l'abandon, projets immobiliers en suspend, contrôles de papiers et de véhicules tous les 10 kilomètres, présence militaire permanente et bien entendu, plus un seul touriste à l'horizon... Sauf nous trois bien sur...

Deux raisons à cela: le Sinaï fut annexé par les israéliens, l'Egypte l' a récupéré en 1983. Depuis, les israéliens, qui en avaient fait un lieu de villégiature, ont déserté. Ensuite, les récents attentas en Egypte ont fait un grand nombre de victimes à Sharm al Cheikh, Dahab, et Taba, toutes situées sur la côte est du Sinaï.

Donc finalement, un gars nous a loué une case pour 7 euros, dans un environnement... particulier. Les commerçants tentent de subsister comme ils peuvent...

La réalité est donc peu reluisante, les photos parlent d'elles mêmes...

   

   

Nous négocions un taxi qui nous emmènera le lendemain, au Monastère Sainte Catherine, haut lieu de pèlerinage orthodoxe depuis le VI ème siècle.


La 504 break de notre chauffeur file en plein désert, ces étendues immenses où vivent encore de nombreux bédouins.

   

Nous arrivons au monastère, niché entre des montagnes arides et dominé par le Mont Sinaï, lieu où Moïse aurait reçu les dix commandements.

  


Nous partons tous les trois ( Pierre nous accompagne jusqu'au Caire ) vers 5h15 pour prendre le bus, afin de rejoindre Suez, à l'ouest du Sinaï.

Nous trouvons un minibus. Nous longeons cette côte fantôme, interrompus par les check points militaires. A Taba, frontière israélienne, nous partons vers l'ouest, traversant ainsi de part en part le Sinaï.

Nombreux contrôles encore et des routes interdites aux étrangers à chaque croisement.

Nous arrivons à Suez, ville délabrée ayant pour seul intérêt, le célèbre canal.

   

Nous observons ainsi les immenses cargos, écrasant par leur taille, les plus grands des bâtiments...

Nous y passons une nuit, dans un hôtel déglingué à 4 euros la chambre double...

 

 

Page précédente

Accueil

Page suivante

Photos et textes © Pierre Letienne