Japon, Konnichiwa Tokyo (2013)

            Accueil    Tokyo: Asakusa  Nikko  Tokyo: Shinjuku et Shibuya  Tokyo: Ueno et Yanaka  Tokyo: Odaiba  Tokyo: Yoyogi, Harajuku  et Tokyo Tower 

   
     

Métro pour Odaiba, île artificielle et futuriste. Le panorama à lui seul mérite le trajet...

   

   

En effet, en sortant du métro, l'édifice de Fuji Television s'impose à l'œil.

Nous sommes dimanche. Des milliers de japonais sont venus ici prendre le soleil. Des tentes et des barbecues géants sont installés. Pour 500 yens (4 euros) une barquette de pâtes avec des œufs et de la viande. Moment précieux d'un pique-nique au soleil assistant, avec une foule immense à un spectacle de jongle sur l'esplanade d'Odaiba.

   

Odaiba propose également au visiteur une réplique de la statue de la liberté et surtout une vue merveilleuse sur la baie de Tokyo et le Rainbow Bridge qui est, je l'avoue, la raison de ma présence ici. Un pont immense, passé à l'aller en monorail, que nous nous apprêtons à emprunter à pied pour regagner le continent.

   

Petit détour par le mall où nous découvrons avec stupeur une nurserie pour chats et un magasin immense entièrement dédié à nos amis les chiens. Vous y trouverez, outre les classiques laisses, des vêtements, des sous-vêtements, des poussettes, des cosys, des landaus, des bonbons et un traiteur. N'oublions pas le toiletteur pour garder le poil soyeux.

   

   

   

J'oubliais de vous dire, mais vous l'aurez compris, que le chien, au Japon, est considéré comme un humain ou plutôt un bébé. Il est donc habillé suivant la mode et trimballé dans une poussette prévue à cet effet.

   

Sur la plage, des combats de Sumos sont organisés et des enfants peuvent s'y initier. Les enfants valdinguent, les sumos ne leur laissent pas la moindre chance...

   

   

   

Revenons cependant à ce qui m'intéresse davantage, le Rainbow Bridge que l'on peut donc franchir à pied.

Nous atteignons les premiers piliers du pont. La promenade est fabuleuse tellement la vue qui s'offre à nous est panoramique.

   

   

   

   

   

   

De retour sur le continent, nous prenons, à pied, la direction de Ginza. Les kilomètres s'enchaînent sans que nous rejoignions  une route figurant sur ma carte incomplète. Lassés, nous nous affalons dans le métro. Arrivés à bon port, nous réalisons le chemin qu'il nous restait à parcourir...

Ginza, temple du luxe, nous devons ramener à une connaissance, de la colle spéciale pour papier japonais. Le magasin que nous cherchons se trouve à Ginza. Autant chercher un baguette sur un passage piéton de Shibuaya. Et pourtant, à force de demander, nous trouvons ce magasin et un miracle n'arrivant jamais seul, nous trouvons la colle en question !

    

   

Retour sur Asakusa où nous voulons jouir du panorama du haut de la Skytree Tower. Le prix exorbitant nous décourage (80 euros à deux) d'autant plus qu'il ne nous reste qu'une petite poignée de yens.

   

A l'hôtel, je demande à visiter les capsules. Ce ne sont pas des chambres mais des lits enfermés dans des boites. Télévision et lumière sont les deux seules options disponibles mais pour une trentaine d'euros la nuit, il ne faut pas trop en demander...

   

 

 

Page précédente

Accueil

Page suivante

Photos et textes © Pierre Letienne