Wild Wild West Ireland (2015)

Accueil      Irlande: Ferry, Cashel et Kinsale   Péninsules de Brea et Kerry   Péninsule de Dingle   Lahinch, Moher et Galway   Connemara   Donegal   Irlande du Nord: Derry, Giant Causeway et Carrick-a-Rede    Belfast et Newcastle    Irlande: Brú na Bóinne, Bray    Glendalough et retour en ferry   

   
         
Articles liés: Voyager avec ses enfants    Voyager en fourgon

Nous trouvons un grand parking face à la mer à Lahinch, paradis des surfeurs irlandais. Pas sûr qu’il soit autorisé d’y passer la nuit mais l’endroit est formidable : une aire de jeu, une belle plage, des surfeurs et une orientation ouest qui nous promet un beau coucher de soleil.

Encore une fois, la douceur est extraordinaire. L’ouest a tenu ses promesses. Coucher de soleil chaleureux…

   

   

   

   

    


Jour : 195 km    Total : 1437 km

Ciel couvert ce matin.

Nous sommes à une dizaine de kilomètres des célèbres falaises de Moher dont la plus haute s’élève à 214 m.

Pour les rejoindre, je quitte l'axe principal afin de rester au plus près de la côte. Les routes, bordées de murets, sont de plus en plus étroites et je ne compte plus les demi-tours dans les cours de ferme. Nous sommes perdus. A chaque croisement, l’option choisie nous éloigne de la direction convoitée. Finalement, après 30 km d’errance, un panneau « Cliffs of Moher ».

Parking payant, visitors center, cars de tourisme et fléchage de l’itinéraire afin de s’assurer que personne aille dans le mauvais sens… Le Disney Land de la falaise ôte tout caractère sauvage au site. C’est dommage, c’est beau.

Le temps ne nous aide pas non plus. Parti avec Gaspard pour atteindre les cimes des falaises qui ne sont pas protégées par des parapets, nous essuyons une bonne averse.

   

   

Nous repartons, cette fois-ci, il pleut franchement.

Les limitations de vitesse en Irlande sont étonnantes. Les axes principaux sont limités à 100 km/h. Il n’est cependant pas rare d’observer un panneau « 100 » quelque soit la configuration de la route ou de son revêtement. Ainsi, à la sortie d’un village, voyant la vitesse limite autorisée, j’accélère. Mes ardeurs sont immédiatement calmées par les virages qui s’enchaînent et les nids de poule qui parsèment le bitume.

La pluie ne s’est pas calmée, au contraire, lorsque nous arrivons à Galway.

C’est dommage, nous avons trouvé une place à 200 m du centre. Après quinze minutes d’attente, nous nous décidons pour un tour de la ville en fourgon. La pluie cesse finalement et nous partons à pied, passant entre les gouttes.

La promenade est agréable et dynamique, les enfants n’écoutent pas beaucoup. Les pubs nous font de l’œil, l’idée d’une bière tranquillement installés en terrasse nous séduit mais nous sommes trop occupés à courir après les petits.

   

   

   

   

   

   

 

 

Page précédente

Accueil

Page suivante

Photos et textes © Pierre Letienne