Inde du sud, Kérala (2008)

 

Accueil    Cochin et festival  Backwaters  Cochin

   

Lever matinal pour ma part, je retourne voir les pêcheurs. Sitôt qu'ils me voient, ils m'appellent tous: "Patrick, eh Patrick !" Je suis amusé de cette erreur sur mon prénom, ils m'invitent à relever les filets avec eux et insistent pour me prendre en photo.

    

    

La foule s'active pour dénicher le poisson au meilleur prix, les chats, les chiens et les corbeaux essaient de l'avoir sans prendre de coups.

   

   

   

Certains pêcheurs voyant l'appareil photo insistent pour que je leur tire le portrait, attendant avec impatience de voir apparaitre leur visage sur l'écran.

J'y retourne quelques heures plus tard avec Anne Gaëlle puis nous partons à pied, à la découverte de la ville.

Effectivement, le centre de Fort Cochin est assez éloigné de ce que l'on a pu observer en Inde du Nord. Peu de monde, pas trop d'immondices dans les rues et des bâtiments issus de l'héritage colonial, plus ou  moins défraichis. Dans certaines rues,  nous nous surprenons à ne pas reconnaître l'Inde que nous avons connu.

Partie de pêche sur la plage, églises vieilles de cinq siècles et cimetière hollandais, sont au programme de la matinée.

   

   

La pluie, toujours la pluie.

   

Nous partons en Tuk-Tuk pour Mattancherry, le quartier juif. Promenade agréable, entre les gouttes dans cet ancien quartier aux épices, désormais quartier aux touristes.

Nous retournons nous reposer quelques heures et ressortons à la faveur d'une accalmie, bien décidés à se perdre loin des attraits touristiques. L'envers du décors est plus fidèle à ce que nous avions vécu. Peut-être plus pauvre, plus sale, moins beau, mais une population bien plus accessible et accueillante.

   

   

   

   


Départ très tôt en taxi, accroché à la poignée du véhicule pour ne pas basculer...

Nous quittons l'Inde à 8h00 heure locale, bien décidés à y retourner, et vite...

 

Page précédente

Accueil

 

Photos et textes © Pierre Letienne