Paris - Cap Nord en famille et en fourgon... (2013)

Accueil  Belgique-Allemagne-Danemark: Ribe et Hirtshals   Norvège: Preikestolen   Bergen   Geiranger   Lofoten   Lofoten (2)   Cap Nord   Finlande: Laponie   Suède: Lulea   Côte est,   Sandviken et Rättvik   Orebro   Bohuslän   Göteborg et Ystad   Danemark: Copenhague et Ile de Mon   Allemagne: Bremen   Pays Bas: Leewarden et côte nord   Belgique: Brugge    

   
     
Articles liés: Voyager avec ses enfants    Voyager en fourgon

Jour : 315 km   Total : 3730 km

Lorsque l’on combine deux paramètres : voyager dans les régions proches du cercle polaire et voyager avec un petit de un an qui se réveille au beau milieu de la nuit, on a l’immense privilège de se rendre compte qu’il ne fait pas nuit à une heure du matin…

Le temps est plus clément. Nous roulons à toute allure jusqu’au cercle polaire que j’avais déjà franchi par la route en 2009 à vélo en Alaska.

   

   

Les mêmes paysages dépouillés, une belle ambiance polaire, le même vent glacial…

   

   

   

   

       

Nous arrivons à Bodo où nous souhaitons embarquer le lendemain sur le premier bateau qui part pour les célèbres Iles Lofoten . Nous cherchons donc un coin pour dormir sur le port. Une file de voitures, un ferry en partance. Nous obtenons une des dernières places. Le départ est dans 15 minutes.

Trois heures de traversée et de mal de mer plus tard, les crêtes déchiquetées de montagnes se dessinent difficilement. Les nuages sont hargneux et ne veulent pas nous les dévoiler complètement. Le grand soleil, il nous faudra attendre encore… Je suis tout excité.

   

   

   

   

Nuit dans le village de A (une seule lettre seulement), sur un parking face à la mer.

    


Jour : 26 km   Total : 3756 km

Nous quittons tardivement notre parking. La pluie tombe par intermittence. Je suis très excité à l’idée de découvrir ces îles dont j’ai tant entendu parler.

Mon optimisme m’incite même à penser que ces nuages gris et noirs sont une chance, les photos n’en seront que plus contrastées. Je crois que c’est ce que les anglais appellent « dramatic scenery ». A condition qu’il ne pleuve plus, je m’accommoderai sans problème de ces nuages.

Nous prenons un camping dans l’espoir de se poser 48 heures. A la faveur d’une accalmie, deux heures de vélo avec Gaspard et quelques jets de cailloux dans une cascade.

   

       

   

   

Nous récupérons Anne-Gaëlle et Emile au réveil de la sieste, nous nous préparons pour une longue promenade. La pluie se remet à tomber. Tentative avortée. Le vent s’en mêle. Promenade motorisée.

 

 

Page précédente

Accueil

Page suivante

Photos et textes © Pierre Letienne