Tour des Balkans: Bosnie, Monténégro, Albanie, Macédoine, Serbie... (2014)

Accueil      Jusqu'en Bosnie: France, Suisse, Allemagne, Autriche, Slovénie, Croatie   Bosnie: Bihac, Jajce, Travnik   Sarajevo   Mostar et Trebinje   Monténégro: Kotor   Cetinje, Ostrog, Durmitor et Canyon de Tara   Albanie: Shköder et Kruja   Dürres et Berat   Macédoine: Ohrid et Mavrovo   Serbie: Vranjska Banja et Novi Pazar   Canyon de l'Uvac, Zlatibor, Parc de Tara, Barajevo   Belgrade et Novi Sad   Hongrie, Autriche: Podersdorf am See   Slovaquie: Bratislava   Retour: Autriche: Melk et Allemagne: Regensburg

   
         
Articles liés: Voyager avec ses enfants    Voyager en fourgon

Jour : 0 km    Total : 2872 km

Le réceptionniste nous déconseille de prendre le fourgon pour visiter Sarajevo du fait des risques d’effraction.

Nous marchons donc un petit kilomètre jusqu’à la ligne de tramway n°3. Le tramway est une antiquité délabrée. Cependant il est composé de quelques wagons roulant sur des rails et comportant des sièges. Il s’agit donc bien, après investigation, d’un tramway.

La rame est vide. En trente minutes, elle se remplit progressivement frôlant l’implosion lorsque nous descendons enfin.

Nous nous promenons dans la vieille ville, le quartier ottoman. Encore une fois, l’orient est proche. Nous sommes vendredi, la grande prière va avoir lieu, les fidèles attendent l’appel du Muezzin, les odeurs de viande grillée emplissent les ruelles et leurs fumées s’échappent au dessus des toits, les effluves de narghilé nous surprennent ici et là...

Un parfum envoûtant à peine atténué par les touristes peu nombreux.

Mosquées, église, synagogue. Sarajevo, ville marquée, blessée, ville ressuscitée et ville pour tous.

Les enfants ne veulent pas marcher, la poussette souffre autant que mes biceps sur les pavés disjoints. Nous leur achetons des ballons gonflés à l’hélium pour avoir un peu de tranquillité. Dans les ruelles étroites, les passants se font percuter par cet engin roulant équipé de deux petites montgolfières. L’un des ballons s’envole, l’autre se dégonfle. La garantie internationale ne s’applique pas, d’ailleurs le vendeur a disparu…

Les bureks (chaussons à la viande) s’achètent dans la rue pour moins d’un euro. Un délice...

   

   

   

   

*       

   

   

   

   

   

   

       

       

       

   

   

   

   

   

   

C’est ici que l’archiduc François Ferdinand, héritier du trône d’Autriche-Hongrie, s’est fait assassiné par un nationaliste serbe. Le 28 juin 1914, cet événement plongea l’Europe dans la première Guerre Mondiale.

   

   

Retour dans un tramway moins antique mais toujours aussi bondé. Nous sommes bloqués par une manifestation de soutien à Gaza qui, de fait, nous informe sur la situation proche-orientale.

Le frigo nous lâche.

 

 

Page précédente

Accueil

Page suivante

Photos et textes © Pierre Letienne