Articles > Neige et avalanches

Retour à l'accueil

 

Pour toute sortie sur neige en montagne, emmenez votre ARVA ( Appareil de Recherche de Victimes des Avalanches ), pelle et sonde .


 

L’échelle européenne de risque d’avalanche

 

RISQUE 1. Faible
Le manteau neigeux est bien stabilisé dans la plupart des pentes. Les déclenchements d’avalanches ne sont en général possibles que par forte surcharge(***) sur de très rares pentes raides(*). Seules des coulées ou de petites avalanches peuvent se produire spontanément.

RISQUE 2. Limité
Dans quelques pentes(**) suffisamment raides, le manteau neigeux n’est que modérément stabilisé. Ailleurs, il est bien stabilisé.
Déclenchements d’avalanches possibles surtout par forte surcharge(***) et dans quelques pentes généralement décrites dans le bulletin. Des départs spontanés d’avalanches de grande ampleur ne sont pas à attendre.

RISQUE 3. Marqué
Dans de nombreuses pentes(**) suffisamment raides, le manteau neigeux n’est que modérément à faiblement stabilisé. Déclenchements d’avalanches possibles parfois même par faible surcharge(***) et dans de nombreuses pentes, surtout dans celles généralement décrites dans le bulletin. Dans certaines situations, quelques départs spontanés d’avalanches de taille moyenne, et parfois assez grosse, sont possibles.

RISQUE 4. Fort
Dans de nombreuses pentes(**) suffisamment raides, le manteau neigeux n’est que modérément à faiblement stabilisé. Déclenchements d’avalanches possibles parfois même par faible surcharge(***) et dans de nombreuses pentes, surtout dans celles généralement décrites dans le bulletin. Dans certaines situations, quelques départs spontanés d’avalanches de taille moyenne, et parfois assez grosse, sont possibles.

RISQUE 5. Très Fort
L’instabilité du manteau neigeux est généralisée. De nombreuses et grosses avalanches se produisant spontanément sont à attendre y compris en terrain peu raide.

 

(*) Pentes particulièrement propices aux avalanches, en raison de leurs déclivités, la configuration
du terrain, la proximité
de la crête...

(**) Les caractéristiques de ces pentes sont généralement précisées dans le bulletin :
altitude, exposition, topographie...


(***) Surcharge indicative =
- forte : par exemple, skieurs groupés...
- faible : par exemple, skieur isolé, piéton...

 


 

 
 

Les différents types d'avalanches

L'AVALANCHE DE POUDREUSE

Effet boule de neige. Elle se déclenche quand le poids de la neige est trop important. Elle survient souvent après de fortes chutes de neige (> 30 cm), particulièrement lors de l'accumulation sur un manteau lisse, dû à la pluie, au gel ou à la fonte. Cette neige, légère, se mélange à l'air et dévale les pentes à une vitesse de 100 à 300 km/h. Sa masse volumique est le plus souvent inférieure à 200 kg/m3. Cet aérosol pousse l'air devant lui en créant une onde de choc qui agit sur les éléments avant le contact avec la neige. Bien souvent, les victimes sont tuées dés l'onde de choc. Ces avalanches détruisent tout sur leur passage et laissent peu de chance aux obstacles qu'elles rencontrent.

L'AVALANCHE DE PLAQUE

Ce sont les plus fréquentes. Une plaque est une surface de neige compacte qui se détache du reste du manteau et qui glisse sur les couches préexistantes. Ces plaques peuvent être immenses et laissent une limite de fracture bien visible. Sa masse volumique est de 200 à 400 kg/m3. Les risques sont particulièrement importants lorsque de la neige compacte se dépose sur de la neige molle ou moins dense. Les facteurs déclenchant sont le soleil, le vent ou la surcharge de personnes. Les plaques à vent, se forment sous l'action du vent ou après une chute de neige. Brisés par le vent, les cristaux sont réduits en fines particules qui, en se déposant au sol, prennent rapidement une bonne cohésion. Ce qui explique également la formation des corniches aux voisinages des crêtes et le danger que les pentes "sous le vent" représentent.


L'AVALANCHE HUMIDE

Ce type d'avalanche se produit par temps chaud, au printemps dans les pentes bien ensoleillées généralement orientées au sud. La neige est gorgée d'eau de fonte; sa masse volumique est en moyenne de 350 à 500 kg/m3. Elles s'écoulent lentement, de 20 à 60 km/h mais leur puissance est énorme et les dégâts occasionnés peuvent être immenses. Les facteurs déclenchant sont l'air chaud, le vent chaud, le soleil et la surcharge.

 

 

 

Retour au sommaire