Articles > Petite histoire de l'alpinisme

Retour à l'accueil

 

De tous temps, les Hommes ont gravi des buttes, des collines et certainement des montagnes. Les premiers évènements datés rapportent que l'Empereur Hadrien faisait l'ascension de l'Etna en Sicile au 1er siècle, Pierre III d'Aragon celle du Pic du Canigou (Pyrénées) au 13ème siècle, Pétrarque, le poète italien atteignait le sommet du Mont Ventoux (1911 m, Vaucluse) en 1336.

 


L'alpinisme en tant que tel est cependant apparu  lorsque le scientifique suisse Horace Bénédicte de Saussure promit une récompense à quiconque atteindrait le sommet du Mont Blanc. C'est Jacques Balmat, cristallier, accompagné de Michel-Gabriel Paccard, qui atteint le sommet le 7 aout 1786.

Horace Bénédicte de Saussure réussit l'ascension du Mont Blanc le 4 aout 1787, un an après la première.

Cette conquête du Mont Blanc ouvre la voie à un alpinisme tourné vers le loisir et la performance sportive.

Le premier club alpin est crée en Angleterre en 1857. Il faut attendre 1874 pour qu'un club français voit le jour. Au 19ème siècle, des refuges sont construits dans les Alpes, la pratique s'organise.

Les Alpes accueillent ainsi des alpinistes venus d'Europe. Parmi eux, une grande part d'anglais gravissent de prestigieux sommets. Whymper fait des premières  au Cervin, au Pelvoux, à la Barre des Ecrins ou à l'Aiguille verte. L'alpiniste Mummery  déclare "grimper sans regarder le paysage". L'alpinisme sportif est en plein essor.

Le dernier grand sommet vierge des Alpes, la Meige (Ecrins), est conquis en aout 1877 par Pierre Gaspard.

Gravure représentant Jacques Balmat (19ème siècle -  © Musée Alpin de Chamonix

A partir du début du 20ème siècle, on s'attaque désormais aux voies les plus difficiles pour atteindre les sommets des Alpes. Dans les années 1930, le matériel se perfectionne, les faces les plus techniques et les faces nord sont toutes gravies.

C'est à cette période également que se développent des expéditions d'exploration en Himalaya (voir petite histoire de l'himalayisme).

L'alpinisme se démocratise et devient, dans la deuxième moitié du 20ème siècle, un loisir qui n'est plus seulement réservé à une élite sportive ou aux guides expérimentés.

Les Alpes, aujourd'hui,  ont cependant encore de beaux défis à proposer, les alpinistes modernes associent la difficulté technique à l'alpinisme hivernal, aux enchainements...

 

Pour en savoir plus:


 

Retour au sommaire