Articles > Cotation des difficultés en Alpinisme et ski de randonnée

Retour à l'accueil

 

 

Avant de se lancer dans une ascension, les topos permettent de consulter l'itinéraire et quelques informations pratiques mais surtout ils renseignent sur la difficulté de l'objectif envisagé.

 Attention, ces cotations s'adressent à des alpinistes, c'est à dire à des personnes ayant déjà une expérience de la montagne (techniques de bases). Ainsi, un sommet dont la cotation PD (Peu difficile) peut poser de grosses difficultés et présenter des risques sérieux pour une personne qui n'a jamais mis les pieds sur un glacier.


De I à VII : évalue l'engagement ( longueur de l'itinéraire, isolement, risques objectifs...)

  • I : Itinéraire court, peu éloigné, descente facile.
  • II : Itinéraire plus long ou  plus technique, descente plus exigeante, peu de dangers objectifs.
  • III : Itinéraire long, plus isolé, descente exigeante, risques objectifs éventuels.
  • IV : Itinéraire engagé et isolé pour alpiniste expérimenté , itinéraire compliqué, risques objectifs.
  • V : Itinéraire très long pour alpinistes très expérimentés. Echappatoires rares, en cas de problème, la cordée doit-être autonome.  Risques objectifs importants.
  • VI : Itinéraire demandant parfois plusieurs jours.  L'approche est longue et délicate, le demi-tour impossible, l'isolement total, l'autonomie totale primordiale. Très exposé aux dangers objectifs .

De F à ED

  • F : Facile. Pas de difficulté technique.
  • PD : Peu Difficile. Techniques de base requises (cramponnage, assurage...)
  • AD : Assez Difficile. Pente soutenue, parfois 45-50°.
  • D : Difficile. Pente parfois raide (50-60°), pour alpinistes très expérimentés.
  • TD : Très difficile. Parois très raides (>60°), alpinisme très technique pour alpinistes très expérimentés.
  • ED :  Extrêmement difficile. Parois souvent verticales. Alpinisme très technique.

Ski de randonnée (cotation Traynard)

  • S1 : Itinéraire facile ne nécessitant pas de technique particulière pour évoluer en sécurité, route forestière par exemple.
  • S2 Pentes assez vastes, même un peu raides (25°), ou itinéraires vallonnés.
  • S3 : Inclinaison des pentes jusqu'à 35° (pistes noires les plus raides des stations, en neige dure). L'évolution en toutes sortes de neige doit se pratiquer sans difficultés techniques.
  • S4 : Inclinaison des pentes jusqu'à 45° si l'exposition n'est pas trop forte; a partir de 30° et jusqu'à 40° si l'exposition est forte ou le passage étroit. Une très bonne technique à ski devient indispensable.
  • S5 : Inclinaison de 45 à 50° voire plus si l'exposition est faible. A partir de 40° si l'exposition est forte. En plus d'une technique parfaite, la maîtrise nerveuse devient importante.
  • S6 : Au-delà de 50° si l'exposition est forte, ce qui est le plus souvent le cas. Sinon à partir de 55° pour de courts passages peu exposés.
  • S7 : Passages à 60° ou plus, ou saut de barres en terrain très raide ou exposé.

 

 
 

Retour au sommaire