Argentine, sur les routes du nord-ouest (2011)

 Accueil     Buenos Aires  Chutes d'Iguazu  Cordoba - Tucuman  Salta  Purmamarca  Cafayate  Angastaco  Tafi -Chilecito -La Rioja  Buenos Aires (2)

   
Article lié: Voyager avec ses enfants    

Départ en avion pour Iguazu.

Ce qui marque des la sortie du centre de Buenos Aires, ce sont les innombrables bidonvilles aux portes du centre ville.

1h35 de vol, nous arrivons à Puerto Iguazu, dans la verdure et la chaleur (25 degrés). Puerto Iguazu est une petite bourgade assez "far west", à la frontière brésilienne, au milieu de la jungle et striée par des routes de couleur ocre. C 'est surtout le point de départ pour visiter les chutes d Iguazu .

   


Départ matinal  en bus pour le parc national crée pour préserver ces chutes inscrites depuis 1984 au Patrimoine Mondial de l'Unesco.

Le bus s'arrête après plusieurs arrêts à l'entrée du parc puis un petit train nous emmène au départ des différents itinéraires.

Beaucoup de monde, un coté Walt Disney en matière d'organisation mais le lieu est extraordinaire. Il s agit en fait de lieux car les itinéraires nous emmènent en bas, en haut de diverses chutes ( il y en a 275 sur une longueur de 2.5 km !), le tout dans une foret tropicale luxuriante habitée en outre par les touristes le jour, par des singes, des coatis et parait-il, des jaguars...

La puissance phénoménale que dégagent ces millions de tonnes d'eau impressionnent. Le nuage d eau dégage par les chutes empêche de voir leur base et crée une atmosphère, en plus d'être assourdissante, féerique. On imagine les premiers européens découvrant le site au 16ème siècle... Voir la vidéo

   

   

   

   

         

       

       

        

Ce parc est du coté argentin, la majorité des visiteurs visitent également le coté brésilien, ce que nous ne ferons pas par manque de temps. Nous reprenons demain l'avion pour Buenos Aires.

 

Comme partout, Gaspard focalise l'attention. A chaque fois que l'on entre dans un lieu, des gens viennent lui caresser la joue ou lui dire bonjour. Pour nous, ça facilite le contact avec les gens (à défaut de parler espagnol...). Si les autres ne viennent pas vers nous, Gaspard repèrera toujours une petite fille ou un petit garçon à saluer. L'aéroport de Puerto Iguazu n'échappe pas à la règle.

Nous dormons tous les trois dans l'avion qui nous ramène à Buenos Aires.

Quelques courses en fin d'après midi dans cette ville qui nous est déjà tellement familière.

 

Page précédente

Accueil

Page suivante

Photos et textes © Pierre Letienne