Inde - Pakistan, 40 jours ailleurs (2006)

Accueil    Inde: Delhi  Dharamsala et Manali  Amritsar  Pakistan: Lahore  Inde: Jaipur  Jodhpur  Jaisalmer  Agra-Taj Mahal  Varanasi  Hardiwar, Lucknow et fin

   
     

Réveil à 3h45, nous sommes à 4h15 à la gare routière pour prendre le bus pour Amritsar. A 5h00, nous partons, peinant à garder les yeux ouverts. Le bus n'est pas complet mais, refusant de mettre nos sacs sur le toit (pas attachés et sous la pluie... ), nous payons pour un troisième siège. Nous quittons les montagnes humides pour gagner les plaines plus à l'est et donc l'étouffante chaleur. Le bus se remplit, tous les sièges sont occupés, nos sacs gisent dans le couloir. Il est plein à craquer, un dame vomit, un gamin l'imite aussitôt, la route est droite mais le chauffeur ne cesse de freiner pour doubler au dernier moment...

Nous arrivons tant bien que mal à Amritsar vers 10h00, ville située à 30 km de la frontière pakistanaise, sainte cité pour les sikhs, adeptes du sikhisme, une religion mêlant Hindouisme et Islam. Les sikhs sont reconnaissables à leur turban coloré et leur longue barbe. La ville d'un million d'habitants est poussiéreuse, la chaleur moite qui envahit les rues ne nous donne pas bonne impression...

   

Nous trouvons un hôtel, nous nous douchons puis dormons deux heures. La raison qui nous amène ici est la visite du temple d'or , lieu de culte, où les Sikhs de toute l'Inde se donnent rendez-vous pour purifier leur âme. Nous prenons la direction du temple, achetons un foulard (il faut y entrer la tête couverte), enlevons nos chaussures et lavons nos pieds comme le font en même temps que nous des milliers d'indiens. C'est le pèlerinage et tous convergent vers les différentes portes qui mènent au site. Cela fait deux heures que nous en sommes sortis, nous sommes encore sous le choc, bouleversés par ce que nous avons vu, entendu, ressenti, bouleversés par cette foi qui nous est si étrangère, bouleversés par ces milliers de fidèles qui nous ont accepté au temple de leur purification. Nous entrons par la grande porte. Une immense cour emplie d'un bassin, le Temple d'Or, recouvert intégralement d'or massif y trône au bout d'une presqu'île.

   

   

   

   

   

   

   

L'accès ressemble à un chemin de croix. Tous, tournent dans le sens des aiguilles d'une montre, nous les imitons.

 

Les variations vocales du chef religieux et les percussions marquent la cadence et envoûtent l'espace. Des femmes, des enfants, des vieillards... Ils sont là, il prient, ils marchent, ils se baignent. Nous sommes là, nous marchons, nous ne manquons rien, nous n'échangerons pas un mot tellement le poids de cette foi nous émeut, nous bouleverse, nous écrase. Le spectacle qui se joue devant nous est d'une beauté et d'une spiritualité déconcertante. Les mots me manquent encore, j'y reviendrai peut être plus tard. En marge de ce pèlerinage, nous sommes touchés par la considération dont font preuve certaines personnes à notre égard. Les fidèles veulent nous parler, nous serrer la main, puis aussi vite qu' ils sont apparus, ils disparaissent...

 

 

 

Page précédente

Accueil

Page suivante

Photos et textes © Pierre Letienne