Inde - Pakistan, 40 jours ailleurs (2006)

Accueil    Inde: Delhi  Dharamsala et Manali  Amritsar  Pakistan: Lahore  Inde: Jaipur   Jodhpur  Jaisalmer  Agra-Taj Mahal  Varanasi  Hardiwar, Lucknow et fin

   
     

Arrivée à 10h00 à Varanasi , ville sainte de l'hindouisme, ville sale et particulièrement grouillante : rabatteurs, vols, arnaques en tout genre, milliers de pèlerins, circulation anarchique, singes... Varanasi est bordée par le Gange, et chaque hindoue, se doit, une fois dans sa vie, d'y effectuer son pèlerinage.

Pour cela, des escaliers descendent directement dans l'eau du Gange, et ce, à divers endroits, appelés Gaths.
On y lave les gamins, les buffles, on y fait des offrandes, on s'y purifie, dans une eau pourtant parmi les plus polluées au monde.

On vient y mourir aussi. Un dédale de ruelles sombres, étroites et jonchées de détritus. A un coin de rue, du bois est entreposé. Il sera pesé et servira à embraser le brasier pour les crémations. Nous nous esquivons, un corps arrive, emmailloté dans un sari doré. Une crémation, pour une nouvelle vie. L'odeur de l'être brûlé emplit ces couloirs où l'on ne peut s'orienter.

A Varanasi, la vie et la mort se côtoient,  arbitrées par la misère du monde. Elles se côtoient sans pour autant bousculer le quotidien. Une ville grouillante, pesante et oppressante, mais c'est ici que toute l'Inde traditionnelle se donne rendez-vous pour perpétuer des rites ancestraux, d'une densité spirituelle telle qu' ils occultent en partie les travers de la rue.

   


Lever 04h30. Je pars pour une promenade en barque au lever du soleil. Anne Gaëlle n'y tient pas, je la laisse dormir.

Nous passons devant de nombreux Gaths qui bordent le Gange. J'assiste à tout ce que le Gange offre aux pèlerins, à tout ce qu' ils font pour le lui rendre.

Il est 5h00, le jour se lève à peine, les eaux sont calmes, le ciel limpide. Des cloches sonnent, des incantations inondent les berges, les pèlerins, souvent de l'eau jusqu' au cou se recueillent. Des petites bougies flottent à la surface de l'eau, des cendres aussi.

L'instant est mystique, chargé d'une énergie impalpable, ni même qualifiable, une énergie qui envahit le fleuve et qui semble pénétrer au plus profond de chacun des pèlerins...

   

   

   

   

   

   

   

   

   

   

   

   

   

   

   

Rencontre avec Philippe, un Français qui voyage seul, nous passerons la journée avec lui. Nous partons demain pour Lucknow.

 

 

 

Page précédente

Accueil

Page suivante

Photos et textes © Pierre Letienne